Ligue Alzheimer

Accompagner, Informer, Défendre, Ecouter

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
3
4
5
10
11
17
18
24
25
29
30

Memorepair

La Ligue Nationale Alzheimer Liga présente « Memorepair » service de numérisation en ligne.
En numérisant vos souvenirs, vous soutenez les patients atteints d’Alzheimer.  Plus d’informations : www.memorepair.be

Protocole Disparition Seniors au Domicile

Depuis janvier 2016, la Ligue Alzheimer a officiellement lancé le Protocole Disparition Seniors au Domicile. Pour plus d'informations sur le projet ou pour télécharger la fiche identitaire, rendez-vous dans "Nos activités" ou cliquez directement ici !

Comment s'inscrire à nos conférences ?

Pour plus de facilité, la Ligue Alzheimer ASBL propose désormais des inscriptions en ligne ! Pour y accéder, rendez-vous dans l'onglet "Nos Activités" et puis dans "Nos conférences" afin de choisir la ou les conférences auxquelles vous souhaitez vous inscrire. Ou alors, cliquez-ici

Comment léguer en notre faveur ?

La Ligue Alzheimer ASBL assure sa pérennité grâce à vos dons et legs ! C’est grâce à vous que nous pouvons proposer des activités telles que les conférences et Alzheimer Cafés gratuitement, mais aussi le numéro d’appel gratuit 0800/15.225, l’envoi de courrier aux familles sans frais d’envoi, etc.

Nous avons besoin de vous

Plus d’infos par ici !

Maisons de convalescence

Les mutuelles offrent à leurs membres la possibilité de séjourner temporairement en maison de convalescence.

Celles- ci sont pour la plupart accessibles aux malades d’Alzheimer, à la condition d'être accompagnés de leur conjoint ou d’un proche durant ce séjour.

Pour de plus amples informations, s’adresser à la mutuelle du patient qui vous indiquera les maisons avec lesquelles elles travaillent ou prendre contact avec la Ligue.

Maisons de Repos (et de Soins)

Quand la maladie progresse, quand les soins requis deviennent lourds ou quand la surveillance de la personne malade est malaisée, il est peut-être temps d’envisager un hébergement à long terme. Les MR sont des établissements publics ou privés qui hébergent de manière permanente des personnes de plus de 60 ans, relativement valides. Les soins familiaux et ménagers y sont donnés collectivement. L'état de santé des résidents ne nécessite pas de soins médicaux lourds.

Remarquons que certaines MR disposent aussi de quelques lits de MRS. Certaines MR accueillent les patients souffrant d'une démence à condition que celle-ci soit légère et que le comportement du patient ne soit pas trop perturbant pour l’ensemble des résidants. Si c'est le cas, certaines maisons de repos demandent à ce que le malade soit retiré de l’institution.

La maison de repos devrait être choisie pour sa capacité à prendre spécifiquement soin d’un patient atteint d'Alzheimer et à le garder quelle que soit l'évolution de son état et cela, jusqu'en fin de vie.

Les MRS sont des établissements destinés aux personnes atteintes de maladies chroniques, nécessitant des soins. Pour être admise dans ce genre de structure, la personne doit être fortement dépendante de l’aide d’un tiers pour accomplir les actes essentiels de la vie quotidienne.

Certaines MRS se sont spécialisées dans l’accueil de personnes atteintes de démence et ont aménagé des unités spécifiques (lieux de vie) dans leur établissement. En outre, quelques-unes organisent des séjours de courte durée qui permettent à la famille de reprendre des forces.

 

Comment choisir une maison de repos ?

 

Au niveau du cadre de vie : ce qu'on peut voir !

  • Y-a-t-il un espace intérieur suffisamment vaste où la personne peut circuler et déambuler en toute sécurité ? (parcours déambulatoire). Y-a-t-il un mobilier pour se reposer dans cet espace ?
  • Y-a-t-il un espace extérieur (parc ou jardin) que la personne peut utiliser en toute sécurité, de sa propre initiative, sans être accompagnée par un membre du personne? Y-a-t-il un mobilier adapté où la personne peut se reposer ?
  • Y-a-t-il une salle de séjour à proximité des chambres? Peut-elle accueillir plusieurs résidents ? Est-ce que l'aménagement du mobilier contribue à stimuler la convivialité et les relations sociales. Est-elle du style salle d'attente ou hall de gare ?
  • Y-a-t-il des résidents dans cette salle de séjour lors de votre visite? Sont-ils occupés ? Sont-ils en compagnie d'un membre du personnel ?
  • La salle de garde du personnel se trouve-t-elle à proximité de la salle de séjour ? Cette disposition facilite la surveillance à distance des occupants et augmente la fréquence d'utilisation.
  • Y-a-t-il un WC aisément accessible et facilement identifiable (panneaux indicateurs visibles et lisibles) à proximité de la salle de séjour?
  • Y-a-t-il un matériel visible et lisible par les résidents, ciblant plus particulièrement les coordonnées temporelles (horloge, calendrier, etc...), les repères spatiaux (posters, panneaux,...) et les informations en rapport avec la vie quotidienne (menus, activités, ...) ?
  • Y-a-t-il un éclairage adapté en fonction de la luminosité extérieure et facilitant le repérage et l'identification des différents lieux ?
  • Y-a-t-il dans les chambres collectives un matériel permettant le respect de l'intimité lors des soins ?
  • La présentation des résidents est-elle correcte et adéquate au niveau de l'habillement, de la coiffure et du rasage ? Portent-ils des prothèses (lunettes marquées, appareil auditif et dentier).
  • Y-a-t-il beaucoup de résidents en fauteuil fermé? Sont-ils maintenus par des liens ? Ces fauteuils sont-ils confortables ? (possibilité d'incliner le dossier, tablettes pour les pieds...).

 

A propos du plan de vie social: ce qu'on peut demander !

  • Comment sont organisés le lever et le coucher des résidents (horaires et modalités) ?
  • Comment est organisée la distribution des repas ?
  • La surveillance régulière de l'hydratation et de l'alimentation d'une personne démente n'est matériellement possible que dans le cadre d'une organisation collective des repas (au moins deux par jour). cette organisation collective est d'autant plus nécessaire que la personne est dépendante pour l'alimentation. De plus, le repas collectif est aussi un moment privilégié de stimulation, d'activation et de relations sociales.
  • Comment essaie-t-on de tenir compte des goûts et des habitudes antérieures du résident (alimentaires, vestimentaires...) ?
  • Y-a-t-il des activités (ménagères, récréatives, artistiques, spirituelles...) auxquelles les personnes démentes sont invitées régulièrement à participer? Quel est le programme et le rythme de ces activités? Dans quels lieux se déroulent-elles ?
  • Y-a-t-il un membre du personnel engagé ou désigné spécifiquement (ergothérapeute, éducateur, animateur...) pour organiser ces activités, les adapter aux attentes et aux capacités des résidents et en évaluer les effets ?
  • Quelles sont les mesures habituellement appliquées en cas d'agitation diurne ou nocturne ?
  • Que fait-on en cas de problèmes d'équilibre ou de locomotion ?
  • Quelles sont les dispositions prévues (prévention et recherche) en cas de fugue ?
  • Quels sont les horaires de visites pour les familles? Y-a-t-il des plages horaires où la présence de la famille est exclue, quelles que soient les circonstances ?
  • Est-ce que la famille peut être présente ou intervenir lors des repas ou des soins dans la chambre individuelle ?
  • Selon quelles modalités, la famille peut-elle éventuellement, accompagner la personne en fin de vie (présence constante, même la nuit, possibilités de repas et de repos) ?

 

Au sujet de la communication et du style relationnel: ce qu'on peut déduire ou ressentir

  • Est-ce que les membres du personnel ont une formation spécifique à la communication et à la prise en charge des personnes démentes
  • Quelle est l'attitude du gestionnaire et du personnel vis-à-vis du tutoiement et du vouvoiement?
  • Y-a-t-il un membre du personnel désigné (référent) pour fournir aux familles les informations concernant les traitements médicamenteux prescrits, les examens envisagés ou réalisés? Dans la négative, qui peut délivrer ces informations? (le pourquoi et le résultat des traitements relèvent de la compétence médicale).
  • L'avis et l'accord de la famille sont-ils systématiquement sollicités en cas de mesure de contention, d'isolement, de transfert?
  • Y-a-t-il un programme de réunions et de rencontres organisés spécifiquement pour des familles?
  • Au travers de ses propos et de ses attitudes, la personne qui fait visiter (gestionnaire ou responsable) vous semble-t-elle quelqu'un du terrain, proche des réalités quotidiennes de la vie institutionnelle, qui vous considère comme un partenaire et qui dialogue avec vous? A-t-elle un style séducteur, qui insiste lourdement sur les avantages et les qualités de son institution, qui ignore, évite ou répond de manière vague à certaines questions? A-t-elle un style distant, administratif ou paternaliste qui prétexte constamment le règlement ou le manque de personnel pour justifier le mode d'organisation ou l'impossibilité de rencontrer certaines demandes?

Centres hospitaliers spécialisés

 

Une personne atteinte de démence peut être admise dans une clinique psychogériatrique, dans une unité spécialisée d’un hôpital psychiatrique ou d’un hôpital général.

L’accueil y est en principe temporaire et vise à une observation approfondie, à l’établissement d’un diagnostic et la mise au point d’un traitement.

Le séjour de courte durée peut permettre à la famille, pendant un temps, de prendre distance et repos. Par la suite, une solution d’accueil définitive à domicile ou en institution devra être envisagée.

Pour de plus amples informations, contacter la Ligue.

Centres d'accueil de jour

 

Les personnes qui souffrent de démence et qui requièrent des soins, une surveillance ou un accompagnement peuvent être hébergées durant la journée dans une centre d’accueil, situé dans une maison de repos, dans une maison de repos et de soins ou dans un hôpital psychiatrique.

Ce service complète utilement le maintien à domicile et permet aux aidants familiaux du malade de souffler quelques heures.

Ces centres proposent des animations, des activités de la vie journalière, des soins, de la kinésithérapie et de l’ergothérapie. Certains centres disposent même de moyens de transport qui permettent d'aller chercher la personne malade à son domicile.

Pour de plus amples informations, contactez la Ligue.

Aides et soins à domicile

De nombreuses personnes accompagnent leur parent atteint de démence à domicile. Cet accompagnement requiert de la part des aidants familiaux beaucoup d’énergie et de dévouement.

Afin de soutenir les soins prodigués par ceux-ci, il est parfois intéressant de faire appel à des centres de soins et d’aides à domicile, qui proposent toute une série de services : infirmières, aides familiales, gardes à domicile, assistantes sociales, télé-vigilance, logopèdes, ergothérapeutes et kinésithérapeutes.

Remarque: Il existe des aides indépendantes des centres de coordination : les logopèdes et kinésithérapeutes indépendants, les aides ménagères dépendant des ALE,  coiffeuses, pédicures, services de transport,...

Aides disponibles à Bruxelles

La Ligue Alzheimer a recensé l'ensemble des aides à domiciles disponibles pour les 19 communes de la région bruxelloise. Si ces informations vous intéressent, n'hésitez pas à contacter la Ligue au 02/510.61.88 ! 

Pour plus d'infos, vous pouvez également contacter votre mutuelle ou le service social de votre commune.

La LIGUE ALZHEIMER A.S.B.L  © All rights reserved