Les arches : 35e zone de police signataire

Ce 11 septembre 2018, la zone de police (ZP) Les Arches s’est engagée en faveur des personnes concernées par la maladie d’Alzeimer ou une démence apparentée. Les Arches devient la 35e zone de police à signer le Protocole Disparition Seniors au Domicile. Cette signature fait suite à l’adoption du Protocole pour le volet maison de repos. 

Zone de Police Les Arches

La zone de police Les Arches est devenue la 35e zone de police signataire. Elle est par ailleurs la 11e ZP en Province de Namur à s’investir dans ce projet. Concrètement, les citoyens des communes d’Andenne, Assesse, Fernelmont, Gesves et Ohey peuvent désormais remplir une fiche identitaire.

Une méthodologie d’action

Le Protocole Disparition Seniors au Domicile est une initiative de la Ligue Alzheimer ASBL et de la Cellule Disparition de la Police Fédérale. Il est signé en collaboration avec le parquet local et les services d’aide et de soin du territoire concerné. Le projet a pour objectif d’agir plus rapidement en cas de disparition d’une personne atteinte de démence. Pour ce faire, toute personne atteinte d’Alzheimer ou d’une démence apparentée est invitée à remplir une fiche identitaire. Cette dernière reprend des informations dont aura besoin la police pour débuter la recherche. De plus, remplir cette fiche préalablement permet un gain de temps, et une diminution du stress pour les familles. 

En vidéo 

Pour comprendre concrètement cette initiative, visionnez cette vidéo de 3 minutes. 

Plus d’informations sur le Protocole Disparition Seniors au Domicile ? Cliquez ici ! 

World Alzheimer’s Month : quelles activités en septembre 2018

Septembre est le Mois Mondial de la maladie d’Alzheimer (World Alzheimer’s Month), une occasion pour sensibiliser les populations à la démence et à combattre la stigmatisation. En ce World Alzheimer’s Month, la Ligue Alzheimer ASBL sensibilise d’autant plus ses publics. Plusieurs événements sont ainsi organisés afin de parler de la maladie d’Alzheimer et pour combattre le tabou. 

World Alzheimer's Month

World Alzheimer’s Month : quelles activités ?

  • Du 6 septembre au 6 octobre, à Bruxelles : What Remains, une exposition pour sensibiliser à la maladie d’Alzheimer. Sarah Basha, l’artiste, s’est rendue en maison de repos pendant trois ans pour capter l’essence de 14 personnes. Leur vie et leur histoire.
    • Une exposition à découvrir le jeudi, vendredi et samedi de 16 à 20 heures. 
    • Lieu : Galerie 151, Chaussée de Wavre 145 à 1050 Bruxelles
  • Le 18 septembre à Frasnes : L’Alzheimer Café de Frasnes-Lez-Anvaing part en croisière ! Ce 18 septembre, le groupe participera à une croisière sur la Lys, de Gand à Laethem Saint-Martin, avec un repas à bord.
    • A Frasnes-Lez-Anvaing
    • Plus d’infos ? Contactez Nadine Roos : 0473/89.48.01
  • Le 18 septembre à Bruxelles : Séance académique à l’occasion du Prix Santkin 2018. Ce 8 septembre dernier, l’Académie de Médecine a remis le Prix Santkin 2018. Il s’agit d’un prix décerné par la Ligue Nationale Alzheimer Liga ASBL/VoG/VZW. LINAL subventionne la recherche sur Alzheimer à hauteur de 10 000 euros. La séance académique du 18 septembre a pour objectif de présenter les travaux du lauréat, Bernard Hanseeuw, et de parler des avancées de la recherche.
  • Le 18 septembre à Dinant : Conférence« Maladie d’Alzheimer. Soutenir l’autonomie : quels risques de maltraitance ? Quelles interventions possibles ? » de 20 à 22 heures, par Vanessa De Marco, Respect Senior Antenne de Namur.  L’ASBL Respect Senior interviendra à Dinant dans le cadre de notre cycle de conférence sur le thème de la perte d’autonomie, conséquence inévitable de la démence. L’aide à apporter, qu’elle le soit par un membre de la famille ou un professionnel, devient dès lors aussi incontournable. Mais comment soutenir et accompagner la personne dans ses besoins tout en respectant son autonomie, son savoir-faire et son savoir-choisir?   
    • Entrée gratuite, inscription : https://bit.ly/2uNyLip 
    • Lieu : CHU UCL Namur – Dinant – Salle annexe au restaurant (Niveau -2) Rue Saint-Jacques 501, B- 5500 Dinant
  • Le 19 septembre à Etterbeek : Conférence « Maladie d’Alzheimer et les apports de la musique » de 20 à 22 heures. Par Mme Florence Vanhulst, musicothérapeute. Platon disait : « La musique donne une âme à nos cœurs et des ailes à la pensée ». Qu’elle soit classique, jazz, rock ou électro, la musique interpelle, anime et rassemble. Les rythmes, les sons ou encore les instruments peuvent agir au-delà de l’écoute : ils aident à la créativité, au contact avec les autres, mais aussi avec soi-même. Elle peut également apporter des bénéfices aux patients souffrant de certaines maladies. Quels sont ces apports pour des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ? 
    • Entrée gratuite, inscription : https://bit.ly/2AfU1Tl
    • Lieu : Hôtel communal d’Etterbeek – Avenue d’Auderghem, 113, 1040 Etterbeek
  • Le 21 septembre à Braine-le-Comte : Dans le cadre de la journée internationale de la maladie d’Alzheimer, L’Alzheimer Café de Braine-le-Comte  organise la projection de « La Finale » à la salle Baudouin IV à Braine-le-Comte, à 20 heures. Ce film, même si romancé, retrace bien les impacts de la maladie d’Alzheimer sur le patient mais également sur son entourage. Un stand d’informations sur la maladie et les activités à Braine-le-Comte sera également installé.
    • Service Seniors, 067/874.886, seniors@7090.be.
    • Lieu : Rue Rey Aîné 16, 7090 Braine-le-Comte
  •  
  •  
  • Pendant la semaine du 21 septembre, journée mondiale de la maladie d’Alzheimer, l’Alzheimer Café de Péruwelz a décidé d’agir. L’équipe d’animation du Home Petit Gobert se joint à l’AC pour lancer une action Cupcakes. Le bénéfice des ventes ira entièrement à la recherche contre Alzheimer.

 

  • Le 24 septembre 2018, à Evere : La Maison de Repos Les Azalées organise une journée « Carpe Diem » consacrée à la maladie d’Alzheimer. Ce sera également une bonne occasion pour promouvoir l’Alzheimer Café (qui se déroule dans la MR), et d’en expliquer le concept. Le Carpe Diem se décline sur une journée qui commence vers 10h30 par des interventions orales de personnes ayant un rapport avec la maladie, la journée se poursuit ensuite sur un mode plus léger ou les différents intervenants répondent au public que nous espérons nombreux.
    • Le 24 septembre 2018
    • A la maison de repos Les Azalées, rue Colonel Bourg 143-145 – 1140 Evere
  • Le 24 septembre, à Liège : Conférence « Maladie d’Alzheimer. Le médecin généraliste, entre patient et spécialiste ». Par Dr Belche, médecin généraliste. Lorsqu’une personne est atteinte de la maladie d’Alzheimer, le rôle de l’équipe médicale en place est primordial. En première ligne : le médecin généraliste. Le patient, voire la famille, se tournera le plus souvent vers leur médecin généraliste lors du constat des premiers symptômes. Ce dernier est donc un relais entre le patient et les spécialistes qui vont être consultés par après. Quels sont les rôles du médecin généraliste ? Que peut-il faire ? Comment peut-il agir ? 
    • Entrée gratuite, inscription : https://bit.ly/2uNHctX
    • Lieu : Clinique Le Pèri – Montagne Sainte-Walburge 4B 4000 Liège
  • Le 25 septembre, à Soignies : Conférence « Maladie d’Alzheimer. Accompagner les troubles de l’humeur et du comportement : quand est-il de l’aidant » de 20 à 22 heures. Par Dr Ludivine Wauquier, Chef de service de gériatrie. La maladie d’Alzheimer peut entraîner diverses conséquences telles que des troubles de l’humeur ou du comportement ; apathie, dépression, irritabilité… Ceux-ci varient en fonction de la personne, mais aussi en fonction du stade de la maladie. Ces changements de comportement peuvent être difficiles à vivre pour les proches, mais comment peuvent-ils y faire face ? Docteur Wauquier abordera ce thème le 25 septembre prochain à Soignies !
    • Entrée gratuite, inscription : https://bit.ly/2A7BAjp
    • Lieu : CHR Haute Senne -Site Le Tilleriau, Chaussée de Braine 49, 7060 Soignies

 

 

 

What Remains : Une exposition pour sensibiliser à la maladie d’Alzheimer

Sensibiliser à la maladie d’Alzheimer via des polaroids, c’est ce que propose l’exposition « What remains ». Pour Sarah Basha, l’artiste, l’objectif est de mettre en avant des portions de vie. De raconter la personne plutôt que sa maladie. What Remains a été inaugurée ce 6 septembre dernier à l’occasion du mois mondial de la maladie d’Alzheimer. La Ligue Alzheimer ASBL y a participé et a eu l’occasion d’interviewer Sarah Basha.  

What Remains - Sarah Basha

Quel est le principe de l’exposition ?

L’idée est venue du fait qu’un jour, j’ai lu que les polaroids s’effaçaient. Les artistes qui utilisent des polaroids font de ce fait un tas de choses pour essayer de les retenir. Je trouvais que ça reflétait l’expérience que j’avais eue de la maladie d’Alzheimer. Souvent, on a peur de ce que l’on a l’impression de perdre, mais en fait, il subsiste toujours quelque chose. Pour la maladie, il reste toujours une essence, (étant l’essentiel). Pour le polaroid, il reste également une trace.

L’idée est venue comme ça et très franchement, j’avais envie de l’explorer pour moi-même, sans aucune arrière-pensée. Très vite, je me suis rendu compte que ça pouvait servir comme outil. L’art peut servir comme outil pour parler d’une maladie dont on ne parle pas dans les galeries ou ailleurs que pour les gens qui sont directement affectés par elle.

Pourquoi vous êtes-vous intéressée à la maladie d’Alzheimer ?

Mon papa a eu la maladie d’Alzheimer. Je suis quelqu’un de très curieux et j’ai toujours voulu comprendre. J’avais l’impression que notre expérience était peut-être différente d’autres, je voulais  donc connaître d’autres expériences. Le projet m’a par ailleurs réconforté, car j’avais pour idée  que quand on aime les gens, quand on les écoute, on arrive à maintenir les personnes en meilleure santé et à les traiter avec dignité. En fait, toutes les personnes que j’ai interviewées dans le projet ont confirmé cette idée. La maison de repos et leur famille sont très impliquées, et leurs soins sont toujours adaptés. Il y a des moments difficiles, c’est certain, mais il y a une dignité humaine et une personnalité qui est très forte. La maladie ne leur a pas enlevé cela.

What Remains - Exposition

Comment ce sont déroulées les visites en maison de repos ?

Si un artiste m’avait approché en me demandant de faire la même chose avec mon père, j’aurais certainement refusé. Parce que justement, je trouve que c’est souvent stigmatisant. On met les personnes presque en danger, du coup, j’aurais eu trop peur.

Au départ, l’idée était de faire au documentaire. Les gens que j’ai approchées dans la maison de repos  n’ont pas supporté cette ambiance. C’était un peu comme une prison. Les portes étaient fermées pour ne pas qu’ils s’en aillent, ils se répètent 15 fois, ça sent « le vieux », etc. Ce n’était pas très agréable.

Mais je suis une personne qui aime les gens. Dans ce genre de projet, on ne peut pas être pressé. J’ai donc pris le temps (3 ans), j’étais à l’écoute. Sur certaines photos, on voyait énormément la maladie, et ce n’était pas mon intention. J’ai vraiment utilisé beaucoup de films, plus que j’en voulais. Au départ, c’était en groupe, mais cela faisait fort « mise en scène », je ne voulais pas ça. J’ai écouté les résidents. Et le fait de prendre le temps, même s’ils ne se souvenaient pas forcément de moi, je crois qu’une confiance s’est installée. D’ailleurs, je dis souvent, les personnes qui ont la maladie d’Alzheimer, c’est comme les enfants. L’enfant ne sait pas toujours s’exprimer mais il a des sensations réelles. Il peut voir des choses que nous ne voyons pas, mais pour lui c’est vrai. Donc, il faut respecter l’autre dans sa réalité à lui. Donc je me suis mise dans leur monde, j’étais très reconnaissante qu’ils m’acceptent.

Quel message souhaitez-vous exprimer à travers « What Remains » ?

Le message est qu’il ne faut pas avoir peur de la maladie d’Alzheimer. La maladie est déjà assez difficile comme ça. L’isolement que subissent les personnes qui en sont atteintes et leur famille sont presque encore plus difficile. Dans toute chose difficile, je crois qu’il y a une opportunité d’agrandissement de soi, d’apprentissage. Dans un échange avec quelqu’un qui a la maladie, on peut toujours apprendre beaucoup de soi mais aussi d’eux. La beauté, l’amour persistent. On ne vole pas cela aux gens.

Vous avez également édité un livre en parallèle de l’exposition.

La galerie m’a demandé si l’exposition était à vendre, mais j’avais plutôt envie qu’elle soit un outil de communication. Que l’on puisse l’utiliser comme un outil pour parler de la maladie. Du coup, il fallait un objet, ou un catalogue. Mais je trouve qu’un catalogue est plutôt ennuyant. Pour moi, ce n’est pas l’objet « photo » qui est important, car je souhaitais raconter une histoire. Cela aurait pu prendre la forme de texte uniquement, ou de peinture. Mais j’ai utilisé du polaroid.

What Remains - Livre

Je me suis dit : comment peut-on raconter leur chemin, leur histoire ? Et comment renforcer l’idée que, malgré que certaines choses s’effacent, il reste quelque chose de très lumineux ? J’ai donc cherché quelqu’un pour m’aider à réaliser un livre. Nous avons lancé une campagne de financement participative pour financer ce livre. Les réponses étaient très positives. Beaucoup de gens avaient peur de la maladie, ce qui les a poussés à soutenir. D’autres avaient vécu cet isolement, d’autres encore avaient envie de célébrer les gens qu’ils avaient aimé qui ont été malades… et ils nous ont soutenu.

Nous avons donc réalisé un livre, qui fonctionne sans l’exposition aussi. Ce livre parle de 14 personnes et un peu ma voix en plus. LE livre est à vendre. Il sera à vendre sur mon site.

Que retenez-vous de tout ce chemin, de tout ce travail de trois ans ?

J’en ressors plusieurs choses. D’abord, que j’aurais dû faire ce projet il y a bien longtemps. Ensuite, qu’il faut dépasser ce que les gens peuvent penser de vous. Je pense que, quand on a une idée qui est forte, dans laquelle on intègre les choses, il faut le faire.

Une autre idée me réconforte vraiment. J’avais cette idée naïve que, quand on aime les gens, quand on les écoute et qu’on les traite avec humanité, il en reste toujours quelque chose de magnifique. Et c’était le cas. Malgré la maladie, ces 14 personnes étaient très apaisées. Elles avaient des choses à raconter et étaient encore très présentes. Cela m’a convaincu que je ne suis pas du tout idéaliste, je crois que c’est du réalisme optimiste. C’est très important car, quand on pense aux maisons de repos, à la réalité, au coût et à l’investissement, la maladie d’Alzheimer est une des maladies pour laquelle on donne le moins de moyens alors que de nombreuses personnes en sont atteintes. Il faut qu’on s’active maintenant pour permettre à ces personnes de vivre dignement  et j’espère aussi, de prévenir cette maladie.

En pratique

  • L’exposition se déroule du 6 septembre au 6 octobre ; du jeudi au samedi de 16 à 20 heures
  • A la Galerie 151, Chaussée de Wavre 145, à 1050 Bruxelles
  • Découvrez le travail de Sarah Basha sur son site internet

Prix Santkin 2018 : une subvention de la recherche sur Alzheimer

Ce 18 septembre, la Ligue Nationale Alzheimer Liga ASBL/VoG/Vzw organise une séance académique pour la remise du Prix Santkin 2018. Tous les deux ans, LINAL subventionne la recherche sur Alzheimer à hauteur de 10 000 euros. En 2018, le lauréat est le Docteur Bernard Hanseeuw. 

Prix Santkin 2018

Prix Santkin 2018

Le Prix Santkin est un prix biennal destiné à récompenser et subventionner la recherche concernant la maladie d’Alzheimer. En 2018, les travaux devaient entrer dans une recherche sur le diagnostic et le traitement de la maladie. 

Initié en 2005 par la Ligue Nationale Alzheimer Liga asbl/vzw/VoG, le Prix Santkin récompense un chercheur ou une équipe de recherche pour son travail sur la maladie d’Alzheimer. L’octroi du Prix donne surtout l’occasion de mettre en lumière les avancées réalisées dans la connaissance et le traitement de cette maladie et des formes de démence qui y sont liées.

Le Prix est octroyé par le Conseil d’Administration de la Ligue Nationale Alzheimer Liga asbl/VoG/VZW, sur proposition du jury de l’Académie royale de Médecine de Belgique et de la Koninklijke Academie voor Geneeskunde van België. Ce prix sera remis lors d’une séance de l’une ou l’autre Académie, en fonction du régime linguistique du/des lauréats. Une séance académique organisée par la Ligue Nationale Alzheimer Liga a également lieu aux alentours du 21 septembre 2018. Cette année, la séance académique du Prix Santkin 2018 se tiendra le 18 septembre. 

Lauréat 2018

Le lauréat de cette année est le Docteur Bernard Hanseeuw. Il a réalisé sa recherche sur le thème suivant : « Using molecular PET imaging to diagnose Alzheimer’s disease before the first memory loss ». Ce dernier présentera sa recherche lors de la séance académique du 18 septembre. Deux autres intervenants prendront également la parole pour parler de la recherche : 

  • 14h00 Accueil général
  • 14h30 Discours introductifs
  • 15h00 Intervention du Professeur Sebastiaan Engelborghs de l’Universiteit Antwerpen : « Diagnostic et traitement de la maladie d’Alzheimer, année 2018 »
  •  15h35 Intervention du Professeur Joachim Schulz du CHU Saint-Pierre de Bruxelles : « L’importance de l’annonce du diagnostic et de la communication avec le médecin traitant pour un meilleur suivi au long terme »
  • 16h05 Présentation du lauréat et de ses travaux de recherche : Dr. Bernard Hanseeuw : « Using molecular PET imaging to diagnose Alzheimer’s disease before the first memory loss »
  • 16h40 Remerciements & Clôture
  • 17h00 Réception

Prix Santkin 2018 Salle Gothique

Participation au Prix Santkin 2018

Vous souhaitez vous aussi participer à cette séance académique du Prix Santkin 2018 ? N’hésitez pas à vous faire connaître auprès de notre antenne bruxelloise, le Centre Info-Démence. Contactez le 02 510 61 88 pour vous inscrire. 

  • Le mardi 18 septembre 2018
  • De 14 à 17 heures
  • A l’Hotel de Ville de Bruxelles (Salle Gothique)

Salon Vitaville : du 14 à 16 septembre à la Louvière

Du 14 au 16 septembre 2018, le Salon Vitaville revient ! Après avoir connu ses premières éditions au Louvexpo, Vitaville revient et s’associe aux Les Fêtes de Wallonie – La Louvière. La Ligue Alzheimer ASBL fera partie des associations présentes lors de ce salon. Venez nous y rencontrer ! 

Salon Vitaville

Salon Vitaville 2018

Le salon des associations proposera, les 15 et 16 septembre, de nombreuses animations, dégustations et autres démonstrations proposées par les 64 associations participantes. Ces activités auront lieu sur la place Mansart (Palace, Maison des Associations, Maison du Vélo), chez Indigo ainsi que sur le site Boch.

La Ligue Alzheimer ASBL sera présente à ce Salon ! Nous vous y attendons nombreux à La Louvière pour le salon Vitaville, dans le cadre des Fêtes de Wallonie.

Les Fêtes de Wallonie

Du 14 au 16 septembre 2018, rendez-vous aux quatre coins du centre-ville de La Louvière! Un tourbillon d’animations et d’activités sont prévues dans le cadre des Fêtes de Wallonie. A vous en faire tourner la tête… Il y en aura pour tous les goûts et tous les âges : spectacles d’art du cirque, concert en wallon, animations des quartiers et du tissu associatif, découvertes culinaires, cortèges, braderie, concerts gratuits, etc. 

Sur la place Communale s’installera le village des Amb(r)assades, vitrine originale et colorée de La Louvière dans toute sa diversité associative. Vous y trouverez sept quartiers de notre entité, à savoir Besonrieux, les deux Houdeng, les deux Haine, Maurage-Boussoit, Trivières, Saint-Vaast et Strépy-Bracquegnies. Ils vous proposeront des activités, des expositions, des animations et démonstrations, sans oublier de vous faire déguster leurs spécialités.

Plus d’infos

De nombreuses activités sont prévues dans le cadre de ces Fêtes de Wallonie. Cela vous intéresse ?  Téléchargez le programme complet !